Header

Entre haute couture et plaquettes de bois

Rédigé par Anja Dobes le 23.03.2014 dans la catégorie Dans les coulisses

Il commence à pleuvoir. On sort les imperméables et les parapluies. Nous sommes au milieu de la jungle brésilienne et attendons d’assister à l’abattage d’un arbre de plusieurs décennies. «C’est passionnant», commente le mannequin Nadine Strittmatter. Les journalistes vérifient soigneusement si leurs appareils photo sont prêts et posent des questions sur l’exploitation forestière durable au garde-forestier João.

Où sont distribués nos dons?

Nous participons à un voyage organisé pour les médias par myclimate, fondation suisse leader de la protection climatique. Ce voyage va nous conduire au Brésil, au cœur de l’Amazonie. Le mannequin Nadine Strittmatter, 15 journalistes de Suisse et d’Allemagne, trois représentants de myclimate et moi-même en font partie. En tant que responsable de la durabilité chez Hotelplan Suisse, j’ai voulu savoir où était distribué l’argent des collaborateurs et clients. En l’occurrence, il est destiné à un projet de réduction de l’émission de CO2 en brûlant du bois pour alimenter la centrale d’Itacoatiara. Au lieu de diesel, on brûle des plaquettes de bois issues de forêts gérées durablement pour produire de l’électricité. En outre, la population de la ville d’Itacoatiara profite d’un approvisionnement en énergie plus stable, de prix de l’électricité plus bas et de davantage d’emplois.

L’engagement du mannequin

Entre forêt vierge, boue et déchets de bois, le mannequin Nadine Strittmatter a apporté un certain glamour. Âgée de 29 ans, l’ambassadrice de myclimate a beaucoup voyagé avant de s’installer à Paris. «Mon travail nécessite une grande mobilité: aujourd’hui Paris, demain New York, il y a de quoi accumuler les émissions de CO2. C’est pourquoi je suis heureuse d’avoir une solution comme myclimate pour apporter ma contribution à la protection de l’environnement», explique Nadine Strittmatter qui, outre ses vols, compense aussi les émissions de son foyer. L’arbre qu’on est en train d’abattre est long et élancé. Impressionnés par l’abattage de l’arbre de 25 mètres de haut, Nadine Strittmatter est elle aussi grande et élancée. «Il va falloir 17 ans pour reconstituer la nature autour de l’arbre», confie le garde-forestier João. Le mannequin a besoin de moins d’entretien: «On peut m’implanter n’importe où», dit-elle en riant.

Hotelplan Suisse joue un rôle de précurseur dans la protection du climat

Peu après ce voyage intéressant, j’ai eu l’insigne honneur de recevoir un «myclimate Award» à l’ITB de Berlin. Il est venu récompenser l’intégration continue de la possibilité de compensation dans le processus de vente et la progression des ventes des billets climatiques d’Hotelplan Suisse. L’objectif de sensibiliser les clients sur ce thème n’est pas encore atteint et nous avons encore du pain sur la planche. Mais ce myclimate Award apporte la preuve que nous sommes sur la bonne voie dans le domaine de la protection du climat et ce, avant tout aussi grâce au soutien des collaborateurs de nos succursales.

Anja Dobes
Anja Dobes
le 23.03.2014 dans la catégorie Dans les coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *.